Le rôle de l'Algérie dans le règlement de la crise libyenne salué

ALGER - Lundi, 30 août 2021 (APS) - La ministre libyenne des Affaires étrangères, Najla Mangouche a salué lundi le rôle "positif" et "efficient" de l'Algérie dans le règlement de la crise libyenne et son soutien aux efforts d'instauration de la stabilité, affirmant sa volonté d'établir un partenariat stratégique avec les pays du voisinage.


Intervenant lors de la réunion des pays du voisinage libyen, tenue au Centre international des conférences (CIC), Mme. Mangouche a affirmé que son pays aspirait au développement d'un partenariat stratégique avec les pays du voisinage, sous-tendu par la complémentarité et l'échange positif pour réaliser la paix et la sécurité avec les pays voisins.

Afin de parvenir à l'instauration de la stabilité en Libye et dans son voisinage immédiat, la ministre libyenne a énuméré les éléments fondamentaux pour l'édification d'une nouvelle ère de coopération entre les peuples de la région, notamment l'unification des vues des pays voisins vis-à-vis des positions politiques en faveur des questions d'ordre politique et économique.

Il s'agira également de la garantie de la sécurité nationale et de la coordination sécuritaire entre les pays voisins afin de contrôler les frontières, l'élaboration d'un programme de sécurité alimentaire homogène moyennant des outils économiques tout en œuvrant à la sécurisation des ressources en eau.

Dans le même contexte, la ministre a évoqué le traitement du phénomène de la migration clandestine, l'adoption de programmes d'enseignement développés et l'échange d'expériences, le soutien à l'initiative du Gouvernement libyen visant la stabilité de la Libye.

Par ailleurs, Mme. Mangouche a exprimé sa gratitude à l'Algérie pour avoir abrité les travaux de cet évènement, précisant vouloir "saisir cette occasion pour vous transmettre la gratitude et la considération du Chef du Gouvernement d'union nationale et du président du Conseil présidentiel qui saluent le rôle positif et efficient de l'Algérie".

La ministre libyenne a souligné que le peuple libyen était parvenu, sous supervision internationale, à organiser la première échéance nationale à travers un Gouvernement national uni après une grande divergence de vues", soulignant que ce Gouvernement avait permis à la Libye de retrouver sa place à l'extérieur et a contribué au soutien des conditions de la stabilité et la coexistence internationale en interagissant avec différents Etats, mais aussi avec les pays voisins.

Elle a assuré que le gouvernement de son pays qui avait terminé la phase d'unification de toute ses institutions civiles, œuvre actuellement à parachever le processus d'unification de l'institution militaire".

Ce que la Libye a vécu, une décennie durant, a créé des divergences pourvoyant à des conflits armés dont les Libyens ont souffert et perdu beaucoup, notamment en vies humaines.

"La chose la plus grave est l'ingérence destructrice de certains pays, qui sont contraires aux us internationaux et qui oeuvrent à créer les différends et à attiser les tensions", a-t-elle déploré.

La cheffe de diplomatie libyenne a indiqué que son pays aspirait à jouer un rôle politique démocratique à travers une élection libre et transparente, une chose qui ne se réalisera qu'à travers la réunion des conditions de la stabilité, en tête desquelles le rétablissement de la sécurité, la stabilité pour créer un climat favorable au dialogue pacifique et une réconciliation nationale globale.

La ministre a rappelé l'initiative de son pays concernant la stabilité de la Libye sous une direction et une orientation libyennes et un soutien de l'ONU et des pays frères et amis y compris les pays voisins et de la région dans le soutien aux Libyens dans le choix de leur avenir conformément aux résultats de la Conférence de Berlin.

Et de préciser que la vision libyenne pour maintenir la stabilité comprend un processus politique et sécuritaire, voire économique, tandis que celui sécuritaire et militaire constitue un grand défi pour la Libye qui se prépare à des élections nationales générales.

Ce qui nécessite, poursuit la ministre libyenne, un soutien des partenaires de la Libye et de ses alliés pour oeuvrer à unifier l'armée libyenne sous une direction unique pour défendre la souveraineté libyenne, intégrer les groupes armés et chasser les mercenaires et les forces étrangères qui constituent une menace à tous les pays de la région.

A cela s'ajoute la sécurisation des frontières libyennes pour interdire la complicité destructrice des trafiquants d'êtres humains avec ceux qui versent dans le crime organisé. L'initiative de stabilité de la Libye jette les bases de la stabilité dans le pays, a-t-elle soutenu.

Pour que la Libye prenne les rênes de l'initiative, la ministre libyenne des Affaires étrangères a appelé les participants à être aux côtés de la Libye pour organiser une conférence participative au niveau ministériel sur invitation du ministère des Affaires étrangères libyen et avec la participation de l'ONU et de tous les pays voisins et amis de la Libye pour débattre du dossier libyen.

La ministre libyenne a affirmé, par ailleurs, que la stabilité de la Libye sous-tend celle des pays de la région et que son pays aspirait à une nouvelle ère de coopération entre les peuples de la région au service de leurs intérêts.