L'Algérie pour la coordination des Etats africains face aux problèmes des déplacés

MIDRAND (Afrique du Sud) - Mardi, 06 Août 2019 (APS) - L'Algérie plaide pour la coordination et l'intensification des efforts des Etats africains face à l'expansion inquiétante des phénomènes liés aux problèmes des réfugiés et des personnes déplacées en Afrique, d'où la nécessité de donner la priorité au développement et à la sécurité, a indiqué mardi à Midrand (Afrique du Sud), le président du Conseil de la nation par intérim, Salah Goudjil.

 

Dans une allocution prononcée à l'occasion de la Conférence annuelle des présidents des Assemblées nationales et des Sénats d'Afrique placée sous le thème: "2019, année des réfugiés, des rapatriés et des déplacés internes en Afrique", M. Goudjil a souligné qu'il s'agit d'un sujet qui revêt "une importance particulière pour nos pays et nos peuples, ce qui nous oblige à coopérer davantage, afin de parvenir à une approche globale en termes de dimensions, répartie en termes de coûts et durable en termes d'étendue".

 

Il a relevé dans ce contexte que "la question des réfugiés, des rapatriés et des déplacés internes en Afrique s'est aggravée ces dernières années en raison de crises et de conflits armés engendrés par des causes internes mais aussi par des interventions externes".

 

"Afin de résoudre ces dilemmes de nature humanitaire essentiellement", M. Goudjil a rappelé que l'Algérie "a toujours préconisé une approche globale, consultative, équilibrée et solidaire fondée sur le respect des droits de l'homme, la souveraineté et les impératifs liés à la sécurité nationale de chaque pays".

 

Il a également souligné la nécessité d'"inclure dans cette approche les préoccupations et les intérêts des pays d'origine, des pays de transit et des pays de destination de manière équilibrée", faisant savoir que l'"Algérie souffre déjà de ces mêmes problèmes et prend, en conséquence, les mesures nécessaires, conformément aux accords qu'elle a conclus avec les pays d'origine et les textes internationaux".

 

Dans le même sillage, "il convient de rappeler que l'Algérie a toujours apporté les aides nécessaires aux réfugiés, rapatriés et déplacés internes africains et non africains, et s'efforce de les aider, en particulier sur le plan humanitaire", a-t-il affirmé, ajoutant que "l'humanisme dont l'Algérie a fait preuve est conforme à ses principes fondateurs, à ses traditions ancestrales et aux valeurs internationales".

 

"Toutefois, l'Algérie considère que l'expansion de ces phénomènes devient de plus en plus inquiétante, ce qui nous force à coordonner et à intensifier nos efforts, notamment en ce qui concerne la lutte contre les réseaux criminels cherchant à exploiter ces tragédies humanitaires", a-t-il noté.

 

"Dans le même contexte, a-t-il ajouté, mon pays estime également que pour s'attaquer aux causes et aux effets de ces phénomènes, il faut impérativement donner la priorité au développement et à la sécurité de manière intégrée", affirmant que l'Algérie "est convaincue qu'un développement équilibré et durable apportera de nombreuses solutions à plusieurs dilemmes, notamment à cette question des réfugiés, des rapatriés et des déplacés internes en Afrique".

 

Il a soutenu que ceci "contribuera forcément à l'instauration de la stabilité, au renforcement de la paix et la sécurité régionales et internationales".

 

"L'Algérie considère également que cette approche de développement qui est toujours une priorité nationale, va de pair avec la démocratie et la bonne gouvernance, ce qui explique la poursuite de sa trajectoire de modernisation du pays, reflétant par ailleurs, les réformes profondes et globales en cours", a-t-il ajouté.

 

Dans ce contexte, "nous affirmons que la récente dynamique démocratique populaire dans notre pays, dominée par des manifestations pacifiques et civilisées, témoigne de la haute conscience politique du peuple algérien dans son interaction avec les questions d'intérêts suprêmes du pays", a relevé M. Goudjil.

 

Il a ajouté, à cet égard, que "cette dynamique sillonnera certainement la voie à une authentique et profonde démocratie, à laquelle tout le monde devra y contribuer, ce qui accroîtra inévitablement l'indépendance de la décision politique nationale".

 

"C'est pourquoi le dialogue global, tel que souligné par le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, lors de ses discours à la Nation, reste la voie la plus appropriée pour réaliser toutes les aspirations du peuple Algérien", a-t-il soutenu.

 

Des solutions collectives et négociées face aux défis complexes

 

En ce sens, "nous affirmons que notre action parlementaire commune contribuera sans aucun doute, aux côtés des efforts de la diplomatie officielle de nos pays, à trouver des solutions collectives et négociées aux défis complexes qui attendent la communauté internationale aujourd'hui", a indiqué le président du Conseil de la nation par intérim.

 

Dans ce sillage, "nous saluons l'entrée en vigueur de l'Accord de libre-échange sur le continent africain en mai dernier et le lancement de la phase opérationnelle de la région lors du sommet extraordinaire des chefs d'Etat et de gouvernement qui s'est tenu au Niger en juillet passé, ce qui favorisera les échanges économiques et commerciaux et renforcera la dynamique d’intégration régionale de notre continent", a-t-il ajouté.

 

"En même temps, nous devons résoudre les crises et les conflits de manière pacifique, conformément aux exigences de la légitimité internationale", a souligné M. Goudjil, soulignant que "ceci implique nécessairement des préalables, à savoir, faire taire le langage de la guerre, éviter les options militaires destructrices et respecter la souveraineté nationale des Etats".

 

Il a ajouté que "d'autre part, il est indispensable de soutenir les efforts visant à promouvoir le dialogue interculturel, interreligieux et intercivilisationnel, afin de mettre fin à toutes les formes de racisme et d'extrémisme violent".

 

"Nous réaffirmons donc à partir de cette tribune, l'appui du Parlement algérien en ses deux chambres à toutes les initiatives mises au service d'un développement équilibré et visant le renforcement de la sécurité et de la paix dans le monde", a-t-il affirmé