ONU/fonction publique : l’Algérie entame la présidence de la CFPI

NEW YORK - Mercredi, 02 Janvier 2019 (APS) - L’Algérie a entamé officiellement mercredi la présidence de la Commission de la fonction publique internationale (CFPI), un mandat qu’elle compte consacrer à la dynamisation de cet organe indépendant, établi par l’Assemblée générale de l’ONU.

 

M. Laarbi Djacta, diplomate de carrière issu de la génération post indépendance, présidera cette importante commission pour un mandat de quatre années.

 

Le diplomate algérien a été élu en novembre dernier à la tête de cet important organe, haut lieu par excellence de la concertation budgétaire onusienne, où s’élabore la stratégie relative à l’utilisation des ressources humaines de l’ONU au service de la paix et du développement.

 

Durant son mandat qui s’étalera jusqu’à 2022, M. Djacta s’attellera à consolider les acquis des personnels de la fonction publique internationale de manière à préserver la dynamique synergique entre l’évolution équitable de leurs plans de carrière et l’impératif d’efficacité et d’efficience assigné à l’action de l’ONU au service exclusif de la paix et du développement. Un exaltant challenge que ce multilatéraliste au long cours compte relever.

 

Face aux défis de la baisse des ressources financières que connaît l’ONU, il est aussi question de continuer de se mobiliser pour promouvoir une politique de gestion optimale des ressources humaines dans un esprit qui favorise l'émergence de compétences hautement qualifiées, aptes à s'acquitter efficacement des missions résultant du mandat du système des Nations unies.

 

Le nouveau président de la CFPI, possède une maîtrise avérée des arcanes du système des Nations Unies au regard notamment des fonctions de responsabilité qu’il a occupées en qualité de ministre conseiller au sein des missions permanentes d'Algérie à Genève et à New York et aussi de son parcours au sein du système des Nations unies, tant au niveau des sièges que sur le terrain.

 

A travers cette emblématique présidence, c’est la qualité du rôle substantiel de l’Algérie qui est autant appréciée que reconnue, au plus haut niveau, à l’aune de la crédibilité de sa contribution diplomatique dans le système multilatéral.

 

La CFPI est un organe d’experts indépendants mandatés par l’Assemblée générale de l’ONU pour réguler les conditions de service des personnels dans le système commun des Nations Unies et promouvoir des normes élevées dans la fonction publique internationale.