ONU: L’Algérie appelle à consolider la stratégie antiterroriste mondiale

NEW YORK - Jeudi, 28 Juin 2018 (APS) - L’Algérie a souligné à New York l’importance des efforts visant à consolider la stratégie antiterroriste mondiale par le renforcement de la coopération, l’échange des meilleures pratiques et de l’expertise dans la lutte contre l’extrémisme violent.

 

Intervenant lors de l’adoption de la résolution sur la stratégie antiterroriste mondiale, l’ambassadeur représentant permanent de l’Algérie auprès de l’ONU, Sabri Boukadoum, a plaidé pour une mise en œuvre équilibrée des quatre piliers de cette stratégie, tout en appelant à son actualisation régulière.

 

Boukadoum qui a exprimé l’appui de l’Algérie à cette stratégie, a souligné le rôle du centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme en invitant les Etats membres à lui fournir des ressources humaines et financières suffisantes.

 

Le représentant permanent a indiqué que l’Algérie appréciait le niveau de coopération avec les mécanismes et les programmes spécialisés de l’ONU dans la lutte antiterroriste et qu’elle était aussi disposée à la développer davantage.

 

"En outre, l'adhésion de l'Algérie au Forum mondial contre le terrorisme traduit son engagement à participer à tous les forums pertinents pour promouvoir la coopération internationale contre le terrorisme", a-t-il relevé rappelant dans ce contexte le groupe de travail sur le renforcement des capacités de lutte contre le terrorisme en Afrique de l’ouest, que l’Algérie copréside avec le Canada dans le cadre du Forum mondial de lutte contre le terrorisme.

 

Evoquant la résolution adoptée par l’Assemblée générale sur le sixième examen de cette stratégie, l’ambassadeur a déclaré apprécier le fait qu’elle tienne compte du phénomène du retour et de la relocalisation des terroristes combattants étrangers, saluant aussi l’attention qu’elle accorde aux victimes du terrorisme.

 

Boukadoum a insisté sur l’importance, du processus consultatif auprès des Etats membres et des organisations régionales avant la publication du prochain rapport du secrétaire général, en vue de faciliter les discussions avant le septième examen de la stratégie mondiale.

 

Se félicitant de la réaffirmation par l'Assemblée générale du respect de la souveraineté, de l'intégrité territoriale, et de l'indépendance de tous les Etats conformément aux principes de la Charte des Nations Unies dans le cadre de la stratégie antiterroriste mondiale, le diplomate a rappelé que l'Algérie avait toujours appelé à ce que cet engagement soit respecté.

 

"Cependant, nous croyons fermement que toute approche sélective concernant les objectifs et les principes consacrés dans la Charte des Nations Unies, visant à exclure le principe du droit des peuples sous occupation étrangère à l'autodétermination, n'est pas acceptable et est contraire à l’esprit et à la lettre de la charte", a affirmé Boukadoum.

 

Se référant à l’expérience de l’Algérie dans le contre-terrorisme, l’ambassadeur a noté que la lutte contre ce fléau ne pouvait se borner à la seule dimension sécuritaire.

 

"Nous estimons par conséquent, tel qu'inclus dans notre stratégie nationale, que la lutte contre ce fléau doit être quotidienne et englober tous les domaines d'activités, y compris les domaines politique, institutionnel, économique, culturel, religieux, éducatif et social", a-t-il dit.

 

Et d’ajouter que " tout succès nécessite la participation active de toutes les institutions nationales, de la société civile et de tous les citoyens".

 

"La lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent exige une coopération bilatérale, régionale et internationale soutenue" (Boukadoum)

 

De toute évidence, a poursuivi M. Boukadoum "la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent exige une coopération bilatérale, régionale et internationale soutenue. Les efforts de l'Algérie pour lutter contre le terrorisme ont toujours visé à intensifier la coopération régionale et internationale, avant même la manifestation de grands actes de terrorisme" que le monde a connus.

 

"Dès le départ, l'Algérie a cherché à renforcer les efforts de l'Afrique contre le terrorisme", a indiqué le représentant permanent. "Cet effort inlassable a abouti à l'adoption de plusieurs instruments et initiatives régionaux qui jouent aujourd'hui un rôle très important dans le renforcement de l'efficacité des efforts africains dans ce sens".

 

L’ambassadeur a rappelé, à ce titre, le mandat confié au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, désigné par l’Union africaine en 2017 comme son coordonnateur pour la prévention et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent dans le continent.

 

L’Assemblée générale a achevé mercredi le sixième examen de la stratégie antiterroriste mondiale, entamé hier avec l’adoption d’une résolution contenant 85 dispositions.

 

Issue d’un processus consultatif qui a donné lieu à de nombreuses réunions bilatérales avec les missions et les groupes régionaux, cette résolution, que l’Assemblée générale adopte tous les deux ans, a rassemblé les délégations sur la nécessité de suivre une approche antiterroriste plus globale comprenant notamment des mesures préventives systématiques et le respect des droits de l’homme.