Règlement du conflit du Sahara occidental: il n'y a pas d'alternative à la négociation

ALGER - Mardi, 10 Avril 2018 (APS) - Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a souligné mardi qu'il n'y avait pas d'alternative à la négociation entre le Maroc et le Front Polisario pour le règlement du conflit du Sahara occidental, dans un entretien accordé à France 24.

 

"Il y a eu d'abord le rapport du secrétaire général de l'ONU sur le Sahara occidental. Nous sommes à la veille de l'examen par le Conseil de sécurité de ce rapport. Des recommandations ont été faites par le secrétaire général en s'appuyant sur le rapport de la mission qu'il a confiée à l'ex président allemand, Horst Kohler. Sur cette base là, tout le monde s'accorde sur le fait qu'il n'y a pas d'alternative à la négociation entre le Front Polisario et le Maroc. Ca, c'est les recommandations et puis tout le monde s'accorde à ce que cette négociation redémarre", a soutenu M. Messahel.

 

"Maintenant quand vous dites que ‘l'Algérie soutient (le peuple sahraoui)’, nous y avons répondu pour dire ceci : nous reconnaissons que l'Algérie soutient le principe de l'autodétermination, elle soutient les droits légitimes du peuple sahraoui. Ca n'est pas un secret, c'est une constante", a ajouté le chef de la diplomatie algérienne.

 

Répondant, dans le même contexte, à une question sur l'"implication de l'Algérie dans les négociations entre le Maroc et le Front Polisario", M. Messahel a déclaré que "quand l'Algérie était en guerre pour son indépendance, elle avait joui et bénéficié du soutien de nos frères marocains, de nos frères tunisiens, on a bénéficié de leur soutien diplomatique, de leur soutien logistique et on n'a même parlé de l'armée des frontières, on avait des éléments armés au Maroc et en Tunisie, (mais) on a jamais dit, et il était impensable, que 'c'est au Royaume du Maroc ou à la Tunisie de négocier avec la France l'indépendance de l'Algérie'".

 

Le secrétaire général de l'ONU avait appelé les deux partie au conflit, le Maroc et le Front Polisario a reprendre les négociations directes et sans conditions préalables en vue de parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l'autodétermination du peuple du Sahara occidental".

 

 

 

 

 

presidednte
Interview de Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères,