Pour une position commune des pays voisins sur une approche pacifique pour le règlement de la crise libyenne

ALGER - Mardi, 06 Juin 2017 (APS) - Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader  Messahel, a affirmé lundi à Alger que la réunion ministérielle tripartite Algérie-Tunisie-Egypte sur la Libye abritée par l'Algérie le 05 et 06 juin, sera sanctionnée par la "Déclaration d'Alger" qui exprimera "la convergence" des positions des trois pays sur "notre approche pour résoudre la crise libyenne".

 

"Il y a convergence de vues entre l'Algérie et la Tunisie à propos de la  Libye quant à la nécessité d'une solution politique intervenant dans le  cadre d'un dialogue inclusif inter-libyens sans exclusive, sauf pour ce qui  est des groupes terroristes classés par l'ONU", a indiqué M. Messahel au terme de son entretien avec son homologue tunisien, Khemaies Jhinaoui,  avant de relever "l'impératif de la coordination entre les deux pays concernant les défis liés à la lutte contre le terrorisme dans la région".

 

"La stabilité de la Libye est celle de l'Algérie, de la Tunisie, et de  l'Egypte", a-t-il ajouté. La réunion ministérielle tripartite abritée par l'Algérie sera  sanctionnée par "la Déclaration d'Alger qui donnera une vision sur les  positions des trois pays concernant notre approche pour la résolution de la  crise libyenne qui doit être politique, pacifique et sans aucune ingérence  étrangère dans les affaires libyennes", a déclaré le chef de la diplomatie  algérienne, annonçant par la même occasion la tenue prochaine au Caire de  la troisième réunion tripartite.

 

Après avoir qualifié les relations bilatérales algéro-tunisiennes de  "distinguées et exemplaires" au vu du volume d'échanges, réunions et  programmes de développement dans différents domaines, M. Messahel a fait  état de la tenue de la Haute réunion mixte "à Alger début 2018" dans le  cadre de la concrétisation de la "feuille de route" dont les grandes lignes  ont été tracées lors de la réunion de février 2017, avant de relever que  "qu'il est de notre devoir en notre qualité de ministres des affaires étrangères de veiller à la mise en oeuvre de ce qui a été décidé"  Le ministre des Affaires étrangères tunisien, Khemaies Jhinaoui a souhaité  pour sa part voir la réunion d'Alger sanctionnée par "une déclaration  reflétant cette convergence de vues entre les trois pays. Une déclaration  par le biais de laquelle nous pouvons nous exprimer ensemble et envoyer un  seul message à destination des libyens et de l'opinion publique  internationale sur la question libyenne".

 

Après avoir relevé "une large convergence de positions entre l'Algérie, la  Tunisie et l'Egypte sur le dossier libyen", le responsable tunisien a  ajouté que la réunion sera une occasion pour "échanger les idées sur les  voies à même d'aider les frères libyens à surmonter leurs différends et  s'orienter vers le dialogue et la solution pacifique pour trouver une issue  à la crise qui secoue leur pays".

 

Pour ce qui est des relations algéro-tunisiennes, M. Jhinaoui a indiqué  que les responsables des pays "sont convaincus de l'impératif de relancer  les relations bilatérales distinguées dans les domaines économiques et  sécuritaires et de la nécessité de la coordination sur les différentes  questions".

 

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, est arrivé lundi à Alger, pour prendre part à la réunion ministérielle  tripartite Algérie-Tunisie-Egypte sur la Libye. M. Jhinaoui, a été accueilli à son arrivée à l'aéroport international  Houari-Boumédiene par le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader  Messahel.

 

La réunion qui se tient sur la demande de l'Algérie verra la participation  du ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, et ses deux  homologues égyptien et tunisien, Samah Chokri et Khemaies Jhinaoui.

 

   

 

presidednte
Interview de Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères,